Bakari Koité : “On monte grâce au travail de tout un club”

Au CS Brétigny depuis 25 ans et porteur du brassard de capitaine, Bakari Koité nous a confié toute sa joie et sa fierté de voir son « club de cœur » monter de Régional 1 en National 3. Pour la première fois de son histoire, le CS Brétigny football évoluera donc au niveau national l’an prochain chez les seniors. Une récompense collective aux dires du “capi”…

« Sitôt la montée en Régional 1 la saison passée, je ne l’avais dit à personne mais j’avais conscience de notre valeur et je pensais qu’on allait pouvoir jouer les premiers rôles en R1, même si, attention, je savais que ça allait être difficile (rires). Mais j’étais persuadé, avec la gestion du groupe de Didier (Brillant), qu’on allait avoir nos chances. 

Je dirais qu’au niveau intrinsèque, on était dans le top6 de cette R1 mais après, il y a un ensemble de choses qui fait qu’on a pu faire mieux que des équipes mieux armées que nous à la base.  

Déjà, il faut être clair, si Didier n’est pas à la tête de l’équipe, on ne monte pas. Il sait parfaitement nous gérer. Didier mais aussi toute l’organisation autour de lui. Depuis 10 ans, on ne fait que des bonnes saisons entre le championnat, où on a toujours fini dans les 2/3 premiers, et la Coupe de France, où, personnellement, je n’ai jamais été éliminé avant le 6e tour et où on a pu jouer deux fois contre un club de Ligue 2.

Brétigny – Ajaccio (L2) avec Bakari Koité face à Johan Cavalli le 21 novembre 2015 (7e tour de Coupe de France)

Cette longévité est due au fonctionnement du club et à la compétence des personnes en place. Et cette montée est une récompense pour le travail de tout le monde au club. Sur le plan technique, Didier, Raymond, Baptiste, qui sont en place depuis un moment maintenant, savent tout bien gérer. Quand je parle de “compétences”, c’est qu’ils savent remobiliser tout le monde chaque saison, s’adapter aux départs de joueurs, aux blessures, etc. Ils ont l’œil et sentent bien les choses. 

Notre groupe de joueurs a un défaut par exemple, c’est qu’on a du mal à se remettre en question parfois, et c’est là que le discours du staff passe bien pour nous remettre dedans. Il sait tirer le meilleur de chaque joueur, d’un point de vue tactique, avec le bon équilibre à trouver pour être le plus compétitif possible, mais aussi mentalement. Et, et c’est peut-être le plus important, une vraie complicité s’est installée entre les joueurs et c’est aussi pour ça que ça marche. On a réussi à former une vraie famille. Et tout ça c’est parce que le staff a réussi à faire en sorte d’installer une grosse cohésion entre nous. Brétigny, c’est plus que du foot et c’est peut-être ça le plus beau. 

Ce qui est fort, c’est aussi de cumuler ce fonctionnement et ce travail chez les seniors avec la structure en place énorme chez les jeunes. C’est tout cet ensemble qui fait que cette montée est belle, surtout avec la fin et les deux succès en 48h, qui la rend encore plus forte ! Bon, maintenant on sait aussi qu’il y a énormément de boulot pour la saison prochaine en N3 (rires).”