D’un club modeste de l’Essonne à un club référence au niveau de la formation des jeunes. Telle est l’histoire du Club Sportif Brétigny football, fondé en 1905 mais qui a su se renouveler à partir des années 1990 pour être aujourd’hui l’un des principaux pourvoyeurs de joueurs professionnels du football français. Des internationaux français Patrice Evra, Jérémy Menez, Jimmy Briand, Paul-Georges Ntep aux petits derniers comme Moussa Sylla (AS Monaco), en passant par Mehdi Benatia, Jacques et Ricardo Faty, Sébastien Haller…, ils sont plus de 80 joueurs professionnels à être passés par le CS Brétigny. Ce qui doit être un record pour un club amateur ! De quoi évoquer “un miracle perpétuel” dans les médias (voir “Revue de presse“). 

La naissance du CS Brétigny football

Image1A ses débuts, rien ne vouait pourtant le club à ce destin et à son ascension vertigineuse. Grâce à la volonté, entre autres, de Camille Hébert et de Maurice Boyau, le nom du CS Brétigny Football apparaît pour la première fois au procès-verbal de la séance du comité de la Ligue de Football Association (ancêtre de l’actuelle FFF) en 1905. Pour l’anecdote, deux équipes sont engagées lors de sa première saison, l’équipe fanion évoluant alors dans le groupe B de la seconde division, composé de l’ES Juvisy, du CA Sud, CS Paris, Paris AC, CS Boulogne, BCEPB…
Image2
La Première Guerre mondiale éclate neuf ans plus tard et voit Maurice Boyau, valeureux pilote, tombé au combat. En 1919, il faut tout reconstruire et le football est de nouveau d’actualité grâce notamment à la détermination et au dynamisme du secrétaire-joueur Camille Hébert. Le club sort de sa léthargie avec l’aide des anciens et des rescapés et parvient à compter 65 membres en 1920, puis 104 en 1921. 
Historique 3De 1920 à 1938, le CSB poursuit son petit bonhomme de chemin et les « Bleu et Rouge » évoluent dans le district B de la Ligue parisienne de football-association, en division 2, en compagnie de l’ES Juvisy, de Montgeron, d’Athis-Mons, du CA Corbeil et du CA Villeneuve-Saint-Georges. En 1935, le CSB s’illustre en Coupe de France — les prémices de ce qui deviendra une spécialité dans les années 2010 — en ne cédant que d’un but après avoir éliminé Asnières (5-2). 
Comme tous, le CS Brétigny tente de se remettre de la Seconde Guerre mondiale et c’est grâce à la relève de jeunes pousses (déjà !) qu’il accède à la Promotion d’Honneur en 1950. 
Historique 5Après quelques problèmes, l’année du cinquantenaire du club, 1955, est synonyme de remontée en 1re division de district, avant que le CSB ne navigue au niveau départemental, dans un relatif anonymat, jusqu’à la fin des années 1980.  

1990 ou la “renaissance” du club

L’histoire du club va alors prendre une autre tournure. Sous l’impulsion d’André Brillant, président du CS Brétigny football depuis 1979, et de son fils Didier, responsable technique depuis 1986, les échelons au niveau des championnats des jeunes sont vite gravis. En cinq saisons, les équipes passent ainsi du niveau département au niveau national ! L’exploit est même perceptible aux yeux de tous avec, en 1992, et pour la première fois de son histoire, une équipe du CS Brétigny au plus haut niveau national possible : les 15 ans. Le début d’une longue histoire à ce niveau…

Parallèlement, à partir de 1990, des partenariats sont noués avec le collège Pablo Neruda — la première structure sportive ne concernait que les 4e/3e dans un premier temps — puis le lycée Jean-Pierre Timbaud, où l’internat en sport-études peut accueillir des jeunes de toute la région parisienne avides de concilier football de haut niveau et réussite scolaire.

Mais ce qui peut sembler être une évidence aujourd’hui apparaissait comme une “folie” pour beaucoup à l’époque. La première promotion rassemblait ainsi sept joueurs au collège Pablo Neruda, tandis que lors des débuts de la structure sportive du lycée Jean-Pierre Timbaud, les 17 joueurs inscrits étaient en majorité inscrits dans d’autres clubs… Le côté visionnaire du club apparaissait là, persuadé que le travail fourni en sport-études et la qualité des éducateurs allaient convaincre ces joueurs de rejoindre le CS Brétigny l’année suivante. Prémonition qui s’est avérée exacte. Peu à peu, les structures sportives et l’internat ont permis au club d’élargir le recrutement, condition pour continuer de développer le club puis de le maintenir au niveau d’élite.

Les bases du club que l’on connaît aujourd’hui, hautement reconnu pour son travail de détection, de formation et de progression des jeunes, venaient d’être posées. Un travail et une compétence chez les éducateurs du club qui ne passent pas inaperçus… En 1995, une convention de partenariat avec le club professionnel du Stade Rennais est signée, une première du genre à l’époque, et une entente qui durera sept années.

Grâce à ces deux idées fortes, le CS Brétigny venait, malgré le dire de beaucoup qui criaient alors à la folie, d’asseoir son image de club formateur, son “ADN”.

Historique 7En 1995, après trois années de maintien plus ou moins tranquille, le club parvient à atteindre le stade des 8èmes de finale du championnat de France 15 ans (éliminé par Lille après être venu à bout de Châteauroux en 16èmes de finale) au terme d’une saison fantastique (108 buts pour, 8 contre !). Bis repetita en 1997, preuve que ce n’était pas un « accident » deux ans plus tôt, avec un nouvel exploit pour de nouveau se retrouver en 8ème de finale, au milieu des centres de formation professionnels. 

Seul club amateur parmi les pro

La qualité du travail effectué par tous les membres du club va même encore être davantage récompensée en 1998 puisque le CS Brétigny accède aussi au niveau championnat de France chez les moins de 17 ans. Mieux encore, en 2001, la réforme des championnats de France de jeunes par la FFF, avec la création de trois championnats nationaux (14, 16 et 18 ans), permet au CSB, à l’issue d’une saison extraordinaire, d’obtenir son billet dans les trois championnats de France. Brétigny est donc alors présent au plus haut niveau national chez les 14, 16 et 18 ans : un véritable exploit puisque c’est l’un des deux seul club amateur (avec Avion) à avoir réalisé cette performance. Trois étoiles sont alors intégrées au logo du CSB football pour marquer cet exploit historique pour le club.

Historique 8Celui-ci ne s’arrête pas en si bon chemin puisqu’en 2002, les 14 ans dirigés par Patrice Derouin sont sacrés champions de France (groupe J), se permettant le luxe de devancer le club professionnel du Paris Saint-Germain. Dans le même temps, les équipes 16 et 18 ans parviennent à se maintenir, rendant le bilan une nouvelle fois inespéré. 

Aja 5En 2003, le club professionnel de l’AJ Auxerre et le CS Brétigny s’unissent via une convention de partenariat de 3 ans. C’est la première fois de son histoire que l’AJA de l’emblématique Guy Roux se lie avec un club amateur ! Un partenariat qui a fait ses preuves et qui est d’ailleurs toujours en cours (voir “Partenariat AJA“). 

Pour la saison 2004, la régularité de ses bons résultats vaut au club le classement de 4ème meilleur club amateur jeunes de France, un classement établi par la Fédération Française de Football. Une reconnaissance nationale à mettre aux côtés des multiples titres honorifiques de « meilleur club formateur d’Ile-de-France » de 1999 à 2011 ou de « meilleur club de jeunes de l’Essonne » depuis plus de 20 ans, qui accompagnent aussi, dans toutes les catégories de jeunes, les multiples Coupes de Paris, Coupes de l’Essonne ou les championnats de Paris remportés. De quoi avoir aujourd’hui un palmarès bien garni (voir “Palmarès”). 

Aujourd’hui, et depuis plus de 25 ans, toutes les catégories du CS Brétigny se situent au plus haut niveau régional. Aucun autre club n’a réussi à faire de même en Ile-de-France, même pas un club comme le Paris Saint-Germain. Ceci n’aurait pu être possible sans le développement et l’amélioration des infrastructures du club, à l’image du terrain synthétique au stade Roger-Taillefer, inauguré en 2008 à l’occasion d’un match entre le CS Brétigny et l’AJ Auxerre, ou l’arrivée d’un terrain synthétique sur le complexe sportif Auguste-Delaune la même année.  

Devenu un spécialiste de la Coupe de France

Bakara Koité opposé à Johan Cavalli, capitaine de l’AC Ajaccio, meilleur passeur de Ligue 2015 et 85 matchs de Ligue 1 (7 buts).

Même si l’on peut dire que la formation est son “ADN”, le CS Brétigny Football voit également son équipe seniors régulièrement s’illustrer. Oscillant entre la DH et la DSR depuis le milieu des années 90, elle est, après six saisons où elle échouait d’un rien à remonter, de retour au plus haut niveau régional en 2017 (Régionale 1). Mais l’équipe du capitaine Bakary Koïté (voir photo) se fait surtout un malin plaisir de jouer les trouble-fêtes en Coupe de France.

En 2010, elle avait ainsi, et pour la première fois de son histoire, éliminé un club évoluant en CFA, en prenant le dessus sur le FC Mantois (1-0). L’année suivante, c’est le Racing-Levallois (2-0) puis le voisin de l’US Fleury-Mérogis (3-1), tous deux pensionnaires de CFA2, qui subissaient la loi des Rouge et Bleu. 

Mieux encore, entre 2011 et 2015, le CSB a réussi à se qualifier quatre fois pour le 7e tour de la Coupe de France et a eu le bonheur de voir son stade Auguste-Delaune rempli comme jamais avec des oppositions venues de Ligue 2 : Le Havre, club doyen du football français, en 2012 et l’AC Ajaccio en 2015. Pour, au final, deux éliminations sans démériter, bien au contraire (0-2 contre Le Havre avec un penalty loupé et 1-2 contre les Ajacciens avec un second but encaissé en toute fin de match (voir “Revue de Presse”).