[Médias] Le nouvel article du Parisien

Merci au Parisien pour son article du jour (vendredi 24 avril 2020) :

Football : l’injustice est réparée pour Brétigny

Un an après avoir quitté le National 3, le Brétigny Foot CS retrouve le 5e niveau national à la suite de l’arrêt des championnats amateurs.

 Il y a un an, l’équipe de Didier Brillant se sentait victime d’une injustice. Elle va retrouver sa place en National 3.
Il y a un an, l’équipe de Didier Brillant se sentait victime d’une injustice. Elle va retrouver sa place en National 3.  LP/Icon Sport/Sandra Ruhaut

Par Arnaud Detout, Le 24 avril 2020 à 10h51

Les années se suivent et ne se ressemblent pas. En juillet dernier, le Brétigny Foot CS était sous le choc. Un mois et demi après la fin des championnats, la réserve du PSG confirmait alors son désengagement en N2, et donc sa relégation en N3, entraînant la descente du club essonnien en R1 alors qu’il avait fini 11e et premier non-relégable en N3. Neuf mois après ce traumatisme, Brétigny va retrouver sa place au 5e niveau national à la rentrée.

L’annonce de l’arrêt des championnats amateurs (de la N2 jusqu’au district) par la fédération française a permis à Brétigny, 2e du groupe B de R1 derrière Linas-Montlhéry, d’accéder à la N3 au titre de meilleur 2e. «C’est top! La chance a tourné !», se félicite le défenseur central grec Nikolaos Karagiannis. «On a vécu cette relégation comme une injustice donc c’est une suite logique de retrouver notre place en N3, ajoute le milieu offensif Junior Panebeng. L’annonce de notre relégation en juillet dernier, pendant les vacances, a été douloureux pour tout le monde. On a eu beaucoup de mal à s’en remettre.»

A l’époque, Brétigny décide de se défendre en faisant appel de cette décision auprès de la commission fédérale des règlements et contentieux de la fédération française. «On pensait avoir de bonnes chances d’être entendu car c’était inédit qu’un club se retrouve relégué en raison du désengagement d’une équipe de son championnat, confie l’entraîneur Didier Brillant. La FFF nous a alors répondu qu’elle comprenait notre sentiment d’injustice mais qu’elle ne pouvait pas nous donner gain de cause.»

Brétigny repart alors en R1 et les retrouvailles ne se passent pas comme prévu. La formation essonnienne réalise un début de saison difficile avec seulement 2 succès lors des 11 premiers matchs. «C’était dur de retrouver la motivation car on pensait tout le temps à cette descente, on en reparlait entre nous à chaque match…, explique Nikolaos Karagiannis. Mais, on n’a jamais baissé les bras et on s’est remis au travail. Cette rage nous a aidé lors de la 2e partie de saison et cela a peut-être fait la différence à certains matchs.» Grâce à ses 3 succès et 2 nuls après la trêve, Brétigny se hisse à la 2e place du groupe B avant l’arrêt des championnats puis accède à la N3 comme meilleur 2e de R1.

Une belle satisfaction pour le club aux 650 licenciés surtout connu pour sa politique de formation, une des meilleurs d’Ile de France. Depuis 30 ans, Brétigny a, en effet, formé 98 joueurs qui sont devenus ensuite professionnels comme Patrice Evra, Jérémy Menez, Paul-Georges Ntep, Jimmy Briand, l’attaquant de West Ham (Premier League) Sébastien Haller ou encore l’ex-défenseur central marocain de la Juventus Mehdi Benatia. «On peut enfin tourner la page de cette mauvaise histoire, le club revient là où il n’aurait jamais dû partir, indique Didier Brillant. On va retrouver un championnat très difficile mais on est motivé!»

Lien : http://www.leparisien.fr/sports/ile-de-france/football-l-injustice-est-reparee-pour-bretigny-24-04-2020-8305005.php#xtor=AD-1481423553